Utilisation à risque du jeu Pokémon Go sur la voie publique

alerte Sénat

 

 

Question n° 23172 adressée à M. le ministre de l’intérieur
À publier le : 15/09/2016
M. Pierre Charon interroge M. le ministre de l’intérieur sur les conséquences du recours au jeu Pokémon Go sur la voie publique. En effet, les utilisateurs de ce jeu se livrent à des manœuvres particulièrement imprudentes et dangereuses, notamment à l’égard des automobilistes. Depuis l’apparition d’une version disponible sur smartphone par le biais d’une application, les joueurs se livrent clairement à des démarches risquées. L’utilisation de ce jeu génère beaucoup d’inattention de la part des joueurs. À titre d’exemple, la volonté de localiser des Pokémon a pu conduire certains joueurs à se retrouver malencontreusement sur le pare-brise de voitures. Les automobilistes sont particulièrement inquiets et redoutent que leur responsabilité ne soit trop facilement engagée. L’usage de ce jeu soulève clairement des problèmes d’ordre public. Il lui demande ce qu’il envisage concernant les utilisations risquées et imprudentes de ce jeu.

Sarkozy chasse les voix des chasseurs (Le JDD)

L’ancien président de la République a accordé une interview au mensuel Nos Chasses dans laquelle il promet des réformes dans ce secteur et  propose « un contrat de confiance » aux chasseurs.

Nicolas Sarkozy à Chateaurenard.

Nicolas Sarkozy à Chateaurenard. (Reuters)

Dans un entretien accordé au mensuel Nos chasses à paraître lundi, Nicolas Sarkozy propose « un contrat de confiance » aux chasseurs et des réformes « qui permettront aux chasseurs de retrouver la liberté [de] vivre pleinement cette passion ». « Le droit de chasser fait partie des acquis de la République », proclame-t-il, en soulignant qu’il a toujours eu des chasseurs parmi ses proches collaborateurs, y compris à l’Élysée.

Pierre Charon à la baguette

Au premier rang de ceux-ci figure le sénateur Pierre Charon, secrétaire national des Républicains chargé de la chasse, à qui le candidat a une nouvelle fois confié le rôle de rabatteur auprès de cet électorat potentiel de quelque 3 millions de personnes. L’ex-président promet un assouplissement des directives européennes et se déclare « favorable » à ce que les sujets liés à la chasse échappent à la tutelle du ministère de l’Environnement pour ­incomber au ministère de l’Agriculture.

Rédaction – Le Journal du Dimanche

Source: Le JDD

La stratégie de Nicolas Sarkozy pour arriver en tête de la primaire (Europe 1)

La stratégie de Nicolas Sarkozy pour arriver en tête de la primaire

La stratégie de Nicolas Sarkozy pour arriver en tête de la primaire

Nicolas Sarkozy mise également sur la proximité pour reconquérir les électeurs.

C’est au contact de certaines catégories d’électeurs que l’ancien chef de l’Etat espère rattraper son retard sur Alain Juppé, son principal concurrent à la primaire de la droite et du centre.

De tous les candidats à la primaire de la droite et du centre, Nicolas Sarkozy est celui qui est entré le plus tardivement en campagne. Sa cote de popularité remonte, mais il reste systématiquement battu par Alain Juppé au second tour dans toutes les estimations. C’est donc une campagne de challenger que doit mener l’ancien président de la République.

Faire oublier l’anti-sarkozysme. Pour espérer gagner, Nicolas Sarkozy doit arriver en tête au premier tour. Ses soutiens le savent : la dynamique du premier tour est cruciale pour contrecarrer l’anti-sarkozysme. L’ancien président a donc décidé de mener une campagne intensive et méthodique.

Chasseurs et pompiers. Méthodique parce qu’il cible des catégories précises d’électeurs. D’abord les chasseurs et leurs familles, soit 3 millions de voix potentielles. Lundi, une interview de l’ancien président sortira dans le magazine Nos chasses, diffusé à 300 000 exemplaires. Il y promettra notamment le rattachement de la chasse au ministère de l’Agriculture et plus à l’Ecologie. Ensuite, ce sera au tour des pompiers. Nicolas Sarkozy remettra sa casquette de ministre de l’Intérieur pour aller à leur congrès qui se tiendra fin septembre à Tours.

noschasses

Une campagne de proximité. Surtout, le candidat va multiplier les déplacements, trois par semaine : visites de terrain, tables rondes, petites réunions publiques, etc. Nicolas Sarkozy mise sur la proximité, raison pour laquelle il n’y aura que trois grands meetings d’ici au 20 novembre. Tous ses déplacements auront un point commun : une séance de dédicaces. L’ex-chef de l’Etat mise beaucoup sur ces brefs moments de partage, persuadé qu’un selfie ou un mot échangé font de chaque lecteur le meilleur agent électoral.

Par Aurélie Herbemont avec R.Da.

Source: Europe 1

Il y a dix ans, Yasmina Reza avait déjà tout compris à Sarkozy

Yasmina Reza avait écrit, il y a dix ans, sur les coulisses de la campagne de 2007 dans l’équipe Sarkozy. « Il a détesté le portrait littéraire de Yasmina Reza car c’est le plus ressemblant jamais écrit sur lui », affirme un proche. 

Yasmina Reza avait déjà tout compris à Sarkozy il y a dix ans. Elle avait suivi son équipe de campagne en 2007.

Yasmina Reza avait déjà tout compris à Sarkozy il y a dix ans. Elle avait suivi son équipe de campagne en 2007. (Sipa)

La version officielle : il ne l’a pas lu. Yasmina Reza propose en 2006 à Nicolas Sarkozy de raconter sa campagne présidentielle. Il ne la connaît pas mais il accepte la proposition. Elle le suit comme une ombre, se fond dans l’équipe, prend des centaines de notes. L’Aube le soir ou la nuit paraît en août 2007 chez Flammarion alors que Nicolas Sarkozy est président de la République depuis cent jours. Un flot de passions contradictoires accueille le livre. Trop elliptique, trop singulier, trop métaphysique. La presse attendait des anecdotes d’échotier et découvre un récit pointilliste sur les hommes et le temps. Les hommes de pouvoir ne veulent pas voir que le temps les vaincra, un jour.

« Le portrait le plus ressemblant jamais écrit sur lui »

Et lui, qu’en a-t-il pensé? Nicolas Sarkozy ne s’est jamais exprimé publiquement sur ce texte inclassable, vendu à 300.000 exemplaires. Un de ses plus proches et plus vieux amis assure qu’il l’a bel et bien lu : « Il a détesté le portrait littéraire de Yasmina Reza car c’est le plus ressemblant jamais écrit sur lui. » Quand Nicolas Sarkozy croise l’éditrice de L’Aube le soir ou la nuit, Teresa Cremisi, il refuse de la saluer. « C’est elle qui publie tous ces livres dégueulasses sur moi. » Mais l’ancien président fait référence aux témoignages cruels de Franz-Olivier Giesbert et non au récit insaisissable de l’écrivaine. Yasmina Reza et Nicolas Sarkozy ne se reverront plus durant des années. Les retrouvailles auront lieu en 2011, l’année de la naissance de sa fille Giulia. Tout est apaisé.

Pas un mot ou presque sur L’Aube le soir ou la nuit. Nicolas Sarkozy lui dit simplement : « Ce n’est pas un livre sur moi. » Car le livre est hanté par une autre figure d’homme politique, « G. », derrière lequel se cacherait Dominique Strauss-Kahn.

« Quand j’en aurai fini avec l’ambition »

L’Aube le soir ou la nuit a pris toute sa place avec le recul des années. Yasmina Reza avait saisi avant tout le monde, avec des formules lapidaires, ce qui se dévoilera durant la présidence du style personnel de Nicolas Sarkozy : « Enfance, intelligence, habits d’homme. » Pierre Charon, l’un des familiers qui l’ont aidée, ne regrette pas de lui avoir accordé sa confiance. « Elle est notre seule vraie témoin de la campagne de 2007. Elle raconte l’épopée d’une bande d’amis qui n’aimaient que Nicolas Sarkozy. » Relire dix ans après le texte est saisissant tant tout a changé (beaucoup de ses proches ne sont plus là) et tant rien n’a changé (aller de l’avant vite et vite).

Déjà, durant la campagne de 2007, les amis assurent qu’il n’est plus le même homme, les médias l’accusent d’embrasser l’extrême droite, la course au pouvoir le galvanise, la compétition avec Alain Juppé est ce qui l’honore le plus. Yasmina Reza entend Nicolas Sarkozy dire à plusieurs reprises : « Quand j’en aurai fini avec l’ambition. » Mais les hommes n’en finissent jamais avec l’ambition.

Marie-Laure Delorme – Le Journal du Dimanche

Source: Le JDD