Communiqué de presse – Perquisitions à l’hôtel de Ville : Anne Hidalgo doit faire la transparence !

Communiqué de presse 

Perquisitions à l’hôtel de Ville :
Anne Hidalgo doit faire la transparence !

Le Parisien annonce aujourd’hui qu’une enquête a été ouverte par la Brigade de répression de la délinquance économique pour favoritisme dans la passation des marchés de Paris plage. C’est dans ce cadre qu’une perquisition aurait eu lieu hier à l’Hôtel de Ville.

Cette opération est depuis le début entourée d’un grand flou : déjà en décembre 2015 un rapport de la Chambre régionale des comptes divulguait que le coût présenté au Conseil de Paris et à la presse avait été sous évalué de 180% en 2012 et de 220% en 2013.

Les élus les Républicains au Conseil de Paris exigeaient des clarifications, ce qui leur avait été refusé. Ils demandent donc sans plus attendre à Anne Hidalgo de faire la transparence sur cette affaire :

  • Y-a-til eu du favoritisme dans l’attribution des marchés de Paris plage ?
  • Si cela était avéré en échange de quel « service » cela aurait-il bien pu être accordé ?

Les Parisiens ont le droit à ces réponses.

Avenir du Muséum national d’histoire naturelle

Question n° 25200 adressée à M. le secrétaire d’État, auprès de la ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche

À publier le : 23/02/2017

M. Pierre Charon interroge M. le secrétaire d’État, auprès de la ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche sur les conséquences qu’il conviendrait de tirer du dernier rapport de la Cour des comptes concernant la situation du Muséum national d’histoire naturel (MNHN). En effet, dans son rapport rendu public le 8 février 2017, la Cour des comptes a relevé certains problèmes dans les choix ainsi que dans la gestion du Muséum, l’invitant ainsi à « engager sans délais des mesures de redressement ». Outre la mise en cause de certains de ces choix, la Cour des comptes souligne, par exemple, l’augmentation significative des dépenses de fonctionnement. Ces dernières ont subi une augmentation de 63 à 89 millions d’euros entre 2013 et 2015. D’après la Cour des comptes, cette situation financière risque de s’aggraver. L’avenir du Muséum national d’histoire naturelle est une question importante dans la mesure où cette institution héberge un grand nombre de collections qui n’ont pas d’équivalent dans d’autres établissements de France. Pour nombre de Français, notamment parisiens, les différents sites du Muséum constituent une voie d’accès pratique à une meilleure connaissance de la nature. Il serait dommage que des incertitudes aussi flagrantes et nombreuses affectent l’avenir de cette institution qui joue un rôle dans la vulgarisation des connaissances scientifiques. La Cour des comptes a pourtant indiqué quelques pistes de réforme : développement de l’attractivité du zoo de Vincennes, possibilité de cession de sites secondaires, poursuite de la rénovation du patrimoine, mais aussi modernisation de la gestion. Il lui demande les solutions qu’il envisage pour mettre en œuvre ce qui a été préconisé par la Cour des comptes.

Communiqué de presse – Loi sur le statut de Paris : des gains et des jeux

Communiqué de presse 

Loi sur le statut de Paris : des gains et des jeux

Le projet de loi relatif au statut de Paris a été adopté aujourd’hui en lecture définitive par l’Assemblée nationale, sans qu’aucune des propositions concrètes faites par les élus Les Républicains de Paris, tous très mobilisés, n’ait été sérieusement examinée.

Anne Hidalgo aura donc réussi, au prix d’un déni de démocratie et à force de pressions sur le gouvernement, à se constituer une assise électorale plus favorable sur le dos des Parisiens.

Des Parisiens qui ne seront malheureusement pas mieux protégés par cette nouvelle loi. Alors qu’elle aurait pu être l’occasion de doter Paris d’une véritable police municipale, la ville pourra seulement à présent exercer un contrôle sur les bâtiments délabrés, les baignades, et surtout, le stationnement payant.

Les Parisiens devront également s’habituer à une baisse de qualité des services municipaux. Fini les mairies de proximité des 1er, 2e, 3e et 4e arrondissement proches des besoins des Parisiens, place à la fusion des arrondissements qui privent les habitants de relais locaux sans pour autant générer d’économies comme avancées par la mairie. Pour les autres arrondissements, alors que la réforme aurait pu être l’occasion de leur déléguer  des compétences de proximité supplémentaires, par exemple en matière de propreté, d’entretien des voiries ou d’urbanisme et de logement, cette loi restera comme celle d’une gigantesque occasion ratée.

Mais heureusement, les Parisiens pourront se consoler en s’essayant aux jeux d’argent dans les tous nouveaux casinos d’Anne Hidalgo dont la loi permet à présent l’ouverture. Après tout, Paris vaut bien quelques tripots surtout si elle peut combler le trou du budget de la ville.

Pour répondre à cette loi mal préparée, les élus du Groupe les Républicains au Conseil de Paris travailleront dès la semaine prochaine sur un nouveau projet de statut de la ville. Alors que l’alternance approche,  l’opposition parisienne se veut force de proposition en apportant à la prochaine majorité parlementaire une alternative crédible pour revenir sur ce qui n’est finalement qu’une manipulation électorale maquillée de la maire de Paris.