Fermeture de l’hôpital d’instruction des armées du Val-de-Grâce

Question n° 13415 adressée à M. le ministre de la défense
À publier le : 23/10/2014
Texte de la question :
M. Pierre Charon attire l’attention de M. le ministre de la défense sur la restructuration du service de santé des armées (SSA) qui prévoit la disparition de l’hôpital du Val-de-Grâce. Une telle fermeture suscite donc de légitimes craintes quant à la pérennité d’une institution reconnue et renommée, dont la contribution à l’intérêt général n’est plus à démontrer. À plus d’un égard, cette fermeture est contestable et inappropriée. Elle fragiliserait d’abord les liens entre l’armée et la Nation, mais aussi le rapport logique entre les sacrifices subis par nos soldats et leurs nécessaires contreparties. Bien des établissements qui ont marqué historiquement notre pays et notre capitale ne peuvent être compris sans cette reconnaissance à l’égard des efforts supportés par l’armée et les militaires (c’est le cas des Invalides). L’hôpital du Val-de-Grâce est un établissement emblématique de cette relation qui doit être continuellement entretenue. Mais une telle fermeture pénaliserait aussi tous les efforts de restructuration entrepris, d’ailleurs soulignés par la Cour des comptes dans son rapport de février 2013. Cette dernière a, en effet, reconnu un caractère « positif » aux suites données par le SSA aux recommandations qu’elle avait émises. À ce titre, le souci d’intégration au service public hospitalier a été particulièrement salué. On ne saurait également ignorer l’insertion du Val-de-Grâce dans le réseau hospitalier, mais aussi dans les soins de proximité ; de nombreux Parisiens et Franciliens ont pu bénéficier de cet hôpital. L’hôpital du Val-de-Grâce est bien un symbole marquant de cette médecine militaire hospitalière qui fait la réputation de notre pays et de sa cohésion. Enfin, cette fermeture a été déplorée par différents élus locaux et maires d’arrondissement parisiens qui ont publiquement exprimé leur désapprobation, relayant ainsi les inquiétudes de nombreux citoyens. L’hôpital du Val-de-Grâce doit continuer à exercer sa mission en toute sérénité. En raison de ces différentes craintes, il souhaiterait donc que le Gouvernement reconsidère sa position quant à la fermeture de l’hôpital du Val-de-Grâce.