Conflit social et avenir de la compagnie Air France

 

alerte_mail (1K)

Question n° 18 319 adressée à M. le secrétaire d’État, auprès de la ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, chargé des transports, de la mer et de la pêche

À publier le : 15/10/2015

Texte de la question :

Pierre Charon interroge M. le secrétaire d’État, auprès de la ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, chargé des transports, de la mer et de la pêche sur la situation qui prévaut au sein de la compagnie Air France et dont les récents dénouements laissent planer des inquiétudes. En effet, à l’occasion d’un conflit social, certaines actions à l’encontre du personnel dirigeant ont suscité un vif malaise auprès de l’opinion publique. Si des revendications peuvent être légitimes, elles ne sauraient se faire en aucun cas au détriment du respect de l’intégrité physique et morale des membres de la direction d’Air France. Pourtant, les intimidations n’ont pas suscité la réprobation de certaines instances syndicales. Cela est particulièrement préjudiciable aux négociations dans le monde du travail et à l’attractivité économique de notre pays. On ne saurait nier que cette attractivité est conditionnée par l’image que certaines entreprises françaises donnent d’elles-mêmes. Or, Air France est une compagnie suivie avec attention par les citoyens français ainsi que par de nombreux observateurs étrangers. L’univers concurrentiel auquel Air France est exposé conduit inévitablement à s’interroger sur une stratégie adaptée, et donc sur d’éventuelles réformes. En raison de nombreux enjeux (relations du travail, attractivité économique de la France et image de la compagnie aérienne), un message clair doit être adopté par les pouvoirs publics sur Air France. Il souhaiterait donc connaître sa position sur la situation de la compagnie Air France, dans la mesure où l’État reste encore un actionnaire important.