Pierre Charon s’inquiète d’un « risque d’altération de la sincérité » des législatives (Le Figaro)