« Dans les réunions, avant, les retraités disaient: “Macron, on lui laisse sa chance.” Maintenant, ils disent: “Il me manque de l’argent !”» (Pierre CHARON, Le Monde, mardi 6 février 2018,p. 10)