Archives pour la catégorie Communiqués

Communiqué de presse – Prolifération des rats : l’urgence sanitaire commande d’agir

Communiqué du groupe Les Républicains et Indépendants

Prolifération des rats : l’urgence sanitaire commande d’agir

La Mairie de Paris continue de se voiler la face quant à la propreté de la capitale. Des vœux pieux mais rien de concret, ni d’efficace. Pendant ce temps là, les rats dansent ! Et surtout prolifèrent.

De fait, désormais plus nombreux que les Parisiens, ils sont désormais 3 millions dans la capitale et n’hésitent plus à approcher les habitants dans les parcs et dans l’ensemble de l’espace public et privé.

Dans une vidéo diffusée par Le Parisien, des agents de la propreté, qui y sont confrontés au quotidien et accomplissent leurs missions dans des conditions difficiles, osent aujourd’hui le dénoncer.

Ce pullulement de rongeurs dans l’espace public dont tous les Parisiens et touristes s’alarment est directement lié à la passivité de la Ville de Paris. Des parcs et des squares sont fermés des mois entiers sans que le problème ne soit traité durablement.

Au terme de 15 années de désengagement en matière de propreté, le budget consacré au nettoyage des rues a baissé de 151 m€ en 2001 à 133 m€ en 2016. La a situation n’est plus tenable. Les rats trouvent à profusion des résidus sur l’espace public parce que la propreté des rues et le ramassage des poubelles est défaillant.

Le maigre renfort budgétaire de 2018 n’est pas à la hauteur de l’urgence sanitaire. La Maire de Paris doit sans délai mobiliser les ressources nécessaires à une large campagne de dératisation. Puisque Mme Hidalgo n’est pas capable d’agir par elle-même, au moins qu’elle s’inspire des métropoles étrangères qui stérilisent les rats, quartier par quartier, en traitant les espaces publics et privés simultanément.

Communiqué de presse – Anne Hidalgo prive 7 000 enfants parisiens de vacances

Communiqué du groupe Les Républicains et Indépendants

Anne Hidalgo prive 7000 enfants parisiens de vacances

Les élus les Républicains et Indépendants dénoncent la suppression brutale des colonies de vacances Arc-en-Ciel. 7000 jeunes Parisiens pouvaient partir en vacances chaque année grâce à ce dispositif, notamment les plus modestes : un séjour de 5 jours pouvait coûter 10€ pour les plus défavorisés.

Avec cynisme, la Maire de Paris prétend que Paris Plages – sans sable, sans soleil et sans mer  -, ou le Parc des Rives de Seine peuvent s’y substituer.

Le groupe demande à ce qu’elle renonce à cette mesure injuste, conséquence de l’incurie budgétaire de la Ville, dont la dette atteint aujourd’hui 6 Mds€ alors qu’elle disposera d’1 Md€ de ressources supplémentaires en 2018 (par rapport à 2014).

Le dispositif Arc-en-Ciel, c’est  2,2 M€ pour offrir des vacances à 7000 petits Parisiens : à peine 0,5% des recettes de stationnement qu’elle percevra cette année.

Après la suppression de l’allocation pour la garde d’enfant à domicile et la fermeture des crèches pendant les vacances, les familles parisiennes subissent une nouvelle fois le désengagement de la Maire de Paris sur leurs services publics.

Les élus les Républicains et Indépendants dénoncent la suppression brutale des colonies de vacances Arc-en-Ciel. 7000 jeunes Parisiens pouvaient partir en vacances chaque année grâce à ce dispositif, notamment les plus modestes : un séjour de 5 jours pouvait coûter 10€ pour les plus défavorisés.

Avec cynisme, la Maire de Paris prétend que Paris Plages – sans sable, sans soleil et sans mer  -, ou le Parc des Rives de Seine peuvent s’y substituer.

Le groupe demande à ce qu’elle renonce à cette mesure injuste, conséquence de l’incurie budgétaire de la Ville, dont la dette atteint aujourd’hui 6 Mds€ alors qu’elle disposera d’1 Md€ de ressources supplémentaires en 2018 (par rapport à 2014).

Le dispositif Arc-en-Ciel, c’est  2,2 M€ pour offrir des vacances à 7000 petits Parisiens : à peine 0,5% des recettes de stationnement qu’elle percevra cette année.

Après la suppression de l’allocation pour la garde d’enfant à domicile et la fermeture des crèches pendant les vacances, les familles parisiennes subissent une nouvelle fois le désengagement de la Maire de Paris sur leurs services publics.

Communiqué de presse – Épinglée par la chambre régionale des comptes pour son cabinet pléthorique, Anne Hidalgo doit respecter le droit commun

Communiqué du groupe Les Républicains et Indépendants

Épinglée par la chambre régionale des comptes pour son cabinet pléthorique, Anne Hidalgo doit respecter le droit commun

Lors du dernier Conseil de Paris, le groupe LRI a fustigé l’augmentation du nombre de collaborateurs au cabinet de la Maire de Paris, soulignant que la Maire de Paris disposait d’un nombre déjà exorbitant de collaborateurs au regard des autres collectivités. Le rapport de la Chambre Régionale des Comptes sur les emplois non titulaires de la Ville de Paris vient le confirmer.

Avec 236 collaborateurs à son service recensés par la CRC, la Maire de Paris emploie 191 personnes supplémentaires, comparé au droit commun. Du fait du statut particulier de la capitale, Anne Hidalgo et ses Adjoints devraient bénéficier de 34 collaborateurs au titre de la ville et de 11 collaborateurs au titre du département. La Maire de Paris est la seule à bénéficier d’une telle exception.

La CRC révèle également que la Maire, malgré ses engagements, contourne largement les plafonds qu’elle a elle-même fait voter au Conseil de Paris depuis son élection en 2014. En cela, elle se place également dans l’illégalité. La juridiction financière formule donc un rappel du droit pour que la Maire de Paris se conforme rapidement aux délibérations.

La CRC confirme par ailleurs que la Maire de Paris étend son cabinet jusqu’au sein de l’administration parisienne. Au gré de recasages successifs, des postes normalement réservés aux fonctionnaires des administrations sont fléchés vers des proches de l’exécutif, sans appel à candidatures et dans des conditions de rémunération parfois généreuses. Au mépris des fonctionnaires parisiens, la Maire de Paris politise l’administration de la capitale. La CRC invite là encore la Maire de Paris à se conformer au droit.

Le groupe LRI demande donc à la Maire Paris de se mettre en conformité avec la loi, dès le budget 2018.

Communiqué de presse – Voies sur berges : un rapport accablant qui oblige Anne Hidalgo à prendre des mesures correctives

Communiqué du groupe Les Républicains et Indépendants

Voies sur berges : un rapport accablant qui oblige Anne Hidalgo à prendre des mesures correctives.

Les élus Républicains et Indépendants ont voté hier le Plan Climat de Paris, en l’amendant pour obtenir des améliorations significatives.

Pour autant, ils regrettent qu’en pleine contradiction avec cette démarche collaborative, la Maire de Paris ait décidé, sans aucune préparation, ni concertation, de fermer à la circulation la voie George Pompidou. Ceci alors que la commission d’enquête avait donné un avis défavorable.

Anne Hidalgo continue d’ignorer que Paris vit avec, et grâce, au million de personnes qui viennent y travailler chaque jour.

Le rapport publié ce jour du Professeur CARLI, médecin chef du SAMU de Paris, pointe les graves conséquences de cette décision autoritaire, à l’exact opposé des objectifs annoncés par la Maire de Paris :

  • des reports de circulation qui touchent l’ensemble de la capitale, et pas seulement l’hypercentre, avec des temps de parcours augmentés jusqu’à 65 % ;
  • une pollution qui n’a fait que se déplacer au plus près des habitations, notamment quai Henri IV où elle a augmenté de 15 % ;
  • un niveau de bruit qui a plus que doublé la nuit sur les quais hauts (+2 à +4 dB)

Face à ce constat sans appel, la Maire de Paris doit d’urgence prendre les mesures correctrices qui s’imposent pour réduire l’exposition des Parisiens au bruit et à la pollution. Le comité de suivi de la fermeture de la voie sur berges, associant élus, Préfecture de Police, Région, BruitParif et AirParif doit par ailleurs être réuni au plus vite. La Maire de Paris s’y était engagée en juillet.

Communiqué de presse – Pollution : la réalité rattrape le déni

Communiqué de presse

Pollution : la réalité rattrape le déni

Les derniers chiffres publiés par AirParif sont implacables : loin d’être endiguée, la pollution ne fait qu’augmenter et se déplacer vers les quartiers plus peuplés de l’Est parisien. Il s’agit d’un véritable échec pour celle qui avait présenté la fermeture des voies sur berge et le réaménagement de la rue de Rivoli comme des moyens de lutter contre la pollution.

C’est une double peine pour les Parisiens qui subissent embouteillages et reports de circulation, avec son lot de pollution sonore et atmosphérique, consécutifs aux aménagements non concertés dans le Centre de Paris. BruitParif avait déjà mis en évidence qu’ils souffraient d’un doublement du bruit la nuit. AirParif confirme désormais qu’ils respirent jusqu‘à 15% de polluants en plus. La suppression de 100% de la circulation sur les voies sur berges, peu habitées, ne permet de baisser la pollution que de 25%.

Quand l’exécutif parisien sortira-t-il de son aveuglement dogmatique ? Quand répondra-t-il enfin aux inquiétudes et à l’exaspération légitimes des Parisiens ?

Pour les élus du groupe LR, l’urgence sanitaire commande désormais de suspendre l’ensemble de ces travaux d’aménagements autoritaires et punitifs – les mêmes causes produisant les mêmes effets.

Contrairement à ses engagements, la Maire de Paris n’a toujours pas pérennisé l’observatoire indépendant associant Préfecture de Police, BruitParif et AirParif. Les élus du groupe LR demandent donc, enfin, sa réunion afin de faire toute la transparence sur les impacts des projets en cours de réalisation.