Archives du mot-clé 2014

Projet de loi de finances rectificative pour 2014 et annulations de crédits (adressée à M. le ministre des finances et des comptes publics)

Publiée dans le JO Sénat du 26/06/2014 – page 1503

M. Pierre Charon attire l’attention de M. le ministre des finances et des comptes publics sur le projet de loi de Finances rectificative pour 2014, les annulations de crédits qui sont prévues et, en parallèle, sur le coût du programme « ABCD de l’égalité » alors que le contexte budgétaire est particulièrement tendu.
En effet, le projet de loi de finances rectificative présenté le 11 juin 2014 en Conseil des ministres prévoit en particulier des annulations de crédits d’un montant de 189 millions d’euros pour l’éducation nationale, l’enseignement supérieur et la recherche.
Pour préserver les missions principales et prioritaires de l’éducation nationale, il serait opportun de faire porter ces économies par les programmes les plus controversés, qui n’ont pas de légitimité à recevoir de subsides publics. Il pourrait par conséquent être valablement envisagé de suspendre les crédits destinés au financement de l’ « ABCD de l’égalité » qui risque de beaucoup perturber les jeunes enfants en semant la confusion plutôt que de les éduquer au respect d’autrui. De tels programmes, qui s’inspirent de la théorie du genre, soulèvent la crainte et une vive désapprobation dans toute la société. De surcroît, un tel enseignement qui relève strictement du droit des parents à choisir l’éducation à donner à leurs enfants n’a aucune légitimité à figurer aux programmes de l’éducation nationale qui, dans les classes concernées, de la grande maternelle au CM2, se doit de dispenser l’apprentissage de la lecture, de la grammaire, des mathématiques et devrait davantage pousser l’apprentissage des langues plutôt que de financer des programmes pour « déconstruire les stéréotypes filles-garçons » selon les informations disponibles sur ces ateliers.
En conséquence, il demande au Gouvernement quelles sont ses motivations et comment il compte répartir ces annulations de crédits.

Lire la suite