Archives du mot-clé jean-marc ayrault

Réponses du Gouvernement aux inquiétudes de la Commission européenne au sujet de la situation macro-économique de la France (Premier Ministre, Jean-Marc Ayrault)

publiée dans le JO Sénat du 25/04/2013 – page 1294

M. Pierre Charon attire l’attention de M. le Premier ministre sur la déclaration du commissaire aux affaires économiques et monétaires, M. Olli Rehn, prononcée le 21 février 2013, sur la situation macro-économique de la France. Le commissaire européen indique qu’étant donné « le risque lié à une dette publique qui a déjà grimpé au-dessus de 90 % et le défi de compétitivité très important auquel fait face l’économie française, il faut que la France poursuive en parallèle les efforts budgétaires et les réformes structurelles pour la croissance et pour l’emploi. » Il insiste en particulier sur la viabilité du système de retraite et souligne qu’il est « d’une importance primordiale que la France, qui est la deuxième économie de la zone euro et qui est au cœur de la stabilité de toute la zone, mette en avant les mesures adéquates et convaincantes dans le cadre de ce programme de stabilité et de réforme à venir. »
Devant ce constat préoccupant et cette attente de la Commission, il souhaite connaître les réformes structurelles concrètes envisagées par le Gouvernement pour enrayer la spirale du déficit et inverser la courbe du chômage.

Lire la suite

Fermeture des voies sur berges à Paris (Premier Ministre : Jean-Marc Ayrault)

Publiée dans le JO Sénat du 26/07/2012 – page 1676

M. Pierre Charon attire l’attention de M. le Premier ministre sur la fermeture envisagée des voies sur berges.

Le 10 juillet 2012, il a été fait part au maire de Paris de la décision du Gouvernement de lever toutes les réserves émises en janvier dernier par l’ancien Premier ministre au sujet du projet de fermeture des voies sur berges le long de la Seine.

Ce projet présente toutefois un certain nombre de problèmes.

Sur le plan du respect de la démocratie tout d’abord : il semble que les réunions de concertation organisées autour du projet aient soulevé de vigoureuses oppositions aujourd’hui passées sous silence. De plus, d’autres consultations -n’émanant pas des services du maire- indiquent dans certains cas un rejet de la population à plus de 90 % de ce projet.

Sur le plan des conditions de circulation automobile : en effet, à ce jour, toutes les études fournies au conseil de Paris indiquent un allongement des temps de trajets, et un report de circulation sur d’autres voies, en particulier les boulevards périphériques.

Sur le plan des finances publiques, enfin : à l’heure où tous les postes budgétaires sont nécessairement et minutieusement contrôlés, n’est-il pas surprenant de lancer un énième projet pharaonique dans la capitale ?

Dans ces conditions, il souhaiterait savoir quelles réponses peuvent être apportées par l’État pour justifier le feu vert donné à ce projet.

La question est caduque