Nécessité de soutenir l’activité des taxis dans le cadre de la relance du tourisme

Question n° 16658 adressée à M. le secrétaire d’État, auprès de la ministre de la transition écologique et solidaire, chargé des transports

À publier au JO le 11/06/2020

M. Pierre Charon interroge M. le secrétaire d’État, auprès de la ministre de la transition écologique et solidaire, chargé des transports sur la nécessité de soutenir les taxis dans le cadre des mesures envisagées dans le plan de soutien au secteur touristique. En effet, les taxis sont fortement liés au tourisme. Ils jouent un rôle capital dans la chaîne touristique, en raison des liaisons qu’ils assurent entre certains sites (aéroports, gares, hôtels…). L’activité des taxis est dépendante du tourisme. Ainsi, en Île-de-France le tourisme représente de 50 à 60 % du chiffre d’affaires des taxis (55 % des offres de taxis sont liées au tourisme). À Paris, c’est même 60 % de l’activité des taxis qui se trouve liée au tourisme. La demande touristique joue donc un rôle important dans les réservations de taxis. Les mois à venir risquent d’être difficiles pour les taxis, et ce d’autant plus que l’absence d’activité touristique ne permettra pas aux taxis de couvrir leurs charges fixes. Ces dernières sont constituées par la location ou l’achat de la licence, par la location ou l’achat du véhicule, mais aussi par les différents frais liés aux assurances. À ce titre, seuls moins de 30 % des chauffeurs de taxis ont remboursé leur licence. Ainsi, en perdant une partie de leur activité liée à la clientèle touristique, les chauffeurs de taxis ne seront plus en mesures d’amortir leurs charges fixes. La situation est aujourd’hui particulièrement difficile, car les taxis sont aujourd’hui obligés de travailler à perte (dix à douze courses en temps normal contre une à deux courses actuellement). Or le Gouvernement a récemment exprimé le souhait de relancer le tourisme en France, comme on a pu le voir avec le lancement le 14 mai 2020 du plan de soutien interministériel à destination du secteur touristique. Les taxis doivent être pris en compte, car ils constituent un vecteur de mobilité, tout aussi important que les autres moyens de locomotion dans l’appui aux activités touristiques. À ce titre, les aides actuelles dont bénéficient les entreprises sont vitales et doivent être maintenues autant que nécessaire. Il est donc indispensable que le plan de soutien au secteur touristique intègre explicitement les taxis. Sans soutien à l’activité des taxis, la France risque de perdre durablement un élément important de son offre de mobilité, particulièrement précieuse en matière touristique. Un effondrement des activités de taxi risque de porter un préjudice grave à l’attractivité touristique de notre pays. Il lui demande donc ce qu’il envisage pour que les taxis soient clairement intégrés au plan touristique.