• Pierre Charon

Réponse à ma question sur les perspectives de développement de l'observatoire épidémiologique

Question n° 19204 adressée à Mme la ministre de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation


J'attire l'attention de Mme la ministre de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation sur le rôle du réseau OBEPINE (OBservatoire ÉPIdémiologique daNs les Eaux usées) dans le cadre de la lutte contre la pandémie du Covid-19. Lancé en mars 2020 un réseau de laboratoires experts chargés d'analyser les eaux usées a été mis en place par des chercheurs et les enseignants-chercheurs d'Eau de Paris, de Sorbonne université et de l'institut de recherche biomédicale des armées (IRBA). Intitulé « Obépine », il a été présenté comme une approche innovante de surveillance et d'analyse des eaux usées permettant de détecter des traces de virus. Les premières analyses qui ont été réalisées sur les stations d'épuration d'Ile-de-France, ont permis de confirmer l'intérêt de ce nouveau dispositif. Un suivi en temps réel des traces du virus Sars-Cov-2 dans les eaux usées sur tout le territoire national devrait permettre d'anticiper les évolutions de la pandémie. Le coronavirus peut être détecté dans les eaux des stations d'épuration quatre à sept jours avant l'apparition des premiers symptomes chez les malades. Dans une note de juillet 2020, l'Académie de médecine confirmait que « l'analyse microbiologique des eaux usées peut jouer un rôle stratégique dans la surveillance prospective et régulière de la circulation du virus ». La surveillance de la circulation du virus dans la population est un enjeu essentiel pour prévenir le plus tôt possible d'éventuelles résurgences. Aussi, il souhaite savoir à quel rythme le Gouvernement envisage le déploiement de ce réseau à l'échelle nationale et dans quels délais le dispositif pourra véritablement être opérationnel pour devenir la base d'un système d'alerte précoce pour la mise en œuvre des mesures sanitaires.


Réponse de Mme la ministre de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation Texte de la réponse : OBEPINE (OBservatoire EPIdémiologique daNs les Eaux usées) est un projet scientifique de réseau sentinelle national mis en place afin de détecter et suivre le SARS-Cov2 dans les eaux usées. Cette approche innovante a été recommandée par le CARE (Comité analyse, recherche et expertise, présidé par Françoise Barré-Sinoussi) ainsi que par trois académies réunies (académie des Sciences, académie de technologie et académie nationale de médecine). OBEPINE a fait l'objet d'un soutien du ministère de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation, de 500 k€ initialement, auxquels se sont ajoutés 3 M€ (crédits du fonds d'urgence). Dans une lettre de mission datée du 2 juillet 2020, la ministre de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation, Frédérique Vidal, spécifie les contours du projet qui nécessite une coordination nationale. Ainsi, 158 stations d'épuration ont été sélectionnées sur près de 30 critères différents afin d'obtenir un maillage territorial significatif. A celles-ci s'ajoutent 390 stations dites « filles » permettant de compléter les signaux suivis dans les 158 stations « mères » identifiées. A ce stade, OBEPINE a obtenu l'accord des collectivités pour le suivi de 58 stations « mères » et 64 stations « filles », qui devraient toutes pouvoir faire l'objet d'un suivi début 2021. Quatre protocoles de référence ont été établis afin de construire un réseau de laboratoires experts répartis sur le territoire national qui soit en mesure de produire des données parfaitement comparables. Plusieurs essais inter-laboratoires ont été organisés. Neuf laboratoires sont actuellement conventionnés par OBEPINE, ce qui représente une capacité d'environ 450 analyses par semaine. Le réseau sentinelle national OBEPINE est en premier lieu un objet de recherche, qui pourra par la suite avoir une vocation opérationnelle. Il se distingue d'initiatives complémentaires plus locales, qui n'ont pas la même vocation. Le consortium OBEPINE doit prendre la forme administrative de Groupement d'intérêt scientifique (GIS). Pour améliorer la qualité de l'information des prélèvements qui sont pour l'instant réalisés selon un rythme bi-hebdomadaire, l'utilisation de capteurs passifs, recueillant les particules virales sur des périodes longues, est expérimentée sur l'Ile d'Yeu, territoire insulaire qui a déjà permis de montrer en juillet tout l'intérêt de la démarche en alertant sur la présence de porteurs asymptomatiques. Au vu des premiers résultats, l'analyse des eaux usées apparait comme un outil macro-épidémiologique complémentaire des autres indicateurs et sa modélisation mathématique pourrait permettre une détection très précoce. Le suivi réalisé depuis le 5 mars dernier, notamment sur les stations d'épuration d'Ile-de-France, a permis à la fois de confirmer le caractère prédictif de cette mesure de génome viral dans les eaux usées - notamment à l'occasion de la seconde vague - et l'intérêt de ce nouvel indicateur pour évaluer l'impact de certaines mesures, comme le premier confinement ou le couvre-feu.