• Pierre Charon

Transport, finances, crack, insécurité : à Paris, rien ne va plus !


On connaissait les difficultés de la ville pour boucler son budget ! Madame Hidalgo vient de l’annoncer : la taxe foncière devrait donc passer de 13,5% à 20,5% soit une augmentation de plus de 50% ! La ville de Paris ne demandera pas à l’Etat, cette année, une nouvelle dérogation pour les « loyers capitalisés ». J’attends toujours la réponse du Ministre des Finances sur mes interrogations sur ces dérogations budgétaires systématiques accordées à la ville de Paris pendant des années.


Face au problème du crack à Paris, l’évacuation du square Forceval était indispensable. Mais l’objectif premier du plan « crack 2019-2021 » était de tenter de sortir les usagers de la rue et de traiter les risques et dommages pour leur santé. Au moment même où un « nouveau plan » est en cours de discussion, quel est le vrai bilan sanitaire et d'accompagnement du « plan 2019-2021 » signé notamment entre la Ville de Paris et l’Etat ? Les engagements ont-ils été respectés de part et d’autre ? Là encore, la réponse du Ministre de la santé à mes questions se fait attendre.


Bus bondés, métros surchargés, temps d’attente ahurissant, l’exaspération des voyageurs est à son comble depuis la rentrée. D’ailleurs, les sénateurs viennent d’auditionner Jean CASTEX, ce mardi 8 novembre, dans la perspective de sa nomination à la tête de la RATP. Il est de la responsabilité de la RATP de rétablir la qualité de service qui s'est nettement dégradée comme le réclame Valérie Pécresse. Mais pour que les bus puissent circuler normalement, faut-il encore que la ville de Paris règle les problèmes de circulation qui insupportent les automobilistes mais également les usagers des bus. À moins de deux ans des jeux olympiques, je ne cesse de réclamer au Gouvernement que des mesures soient prises pour éviter que ceux-ci ne se transforment en un immense bouchon parisien.


Sur le thème de la sécurité, à quoi sert la police municipale parisienne qui compte moins de 600 agents non armés ? Elle est encore loin de l'objectif des 3.400 promis. Pendant ce temps, les chiffres de la délinquance continuent de grimper… Extrêmement préoccupant : en 2022, un acte de délinquance sur deux serait commis par des ressortissants étrangers dans la capitale. Impossible désormais de nier l’absence de lien entre l’immigration et l’insécurité. Sera-t-il nécessaire d’améliorer l’efficacité de l’expulsion du territoire des étrangers délinquants une fois leur peine exécutée ? J’y suis favorable !


Début 2023, nous examinerons au Sénat en première lecture le projet de loi sur l’asile et l’immigration. En matière d’exécution des « Obligations de Quitter le Territoire Français », le gouvernement l’a reconnu, il peut mieux faire ! Sur ces sujets, la majorité sénatoriale fera de nouvelles propositions fortes pour accélérer l’instruction des procédures et s’assurer de leur exécution. L’encadrement des titres de séjour pour les "métiers en tension" devra aussi faire l’objet d’une attention toute particulière.


Pas question de renier nos valeurs et nos engagements internationaux, mais essayons tout de même, de retrouver un peu de bon sens et de remettre de l’efficacité dans notre droit des étrangers qui est devenu illisible, incompréhensible et pernicieux !